sonnet orthographique

Quelques illuminés, fervents d’acuponcture
sortirent en mille pleurs de leurs tristes iglous
et voulurent bruler la langue de chez nous
la peler tel l’ognon, et jeter les pelures.

Méprisant cèleris, flutes et quincaillers
ils montèrent, enragés, dans de grands charriots
et crièrent: nettoyons l’exéma de ces mots!
de ces vils adjectifs, ces verbes boursoufflés!

Or, gavés de diésel, leurs rouleaux compresseurs
aplatiront nos mots comme nénufars morts
pour que puissent y danser cancres et fossoyeurs.

Mais rien de tout cela ne fera quelque effet
en matière de langue, le cancre a toujours tort
et pour toujours les scies détesteront les raies.

La parole est à vous