avis de confidentialité

Vu sur un profil de Livre de face:

Livre de face est désormais une entité cotée en bourse. À moins que vous ne signifiiez le contraire, n’importe qui peut copier les photos de la fois où vous étiez saoul mort chez le voisin du deuxième, et les revendre, par exemple, à des trafiquants de sucre néo-albizandiens. Il est recommandé à vous et aux autres membres d’afficher un avis semblable à celui-ci, ou vous pouvez copier et coller cette version (recommandé). Vous devez, sans faute, publier une telle déclaration au moins une fois, mais de préférence au moins douze fois pour bien vous assurer que tout le monde en aura plein le cul. Sinon, vous aurez deux mains gauches et vous brûlerez dans les flammes de l’enfer.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ: Avertissement – toute personne et / ou institution et / ou agent et / ou fonctionnaire / ou clown asthmatique et / ou poulpe des profondeurs et / ou toute structure gouvernementale qui tenterait d’utiliser ou de surveiller / d’utiliser encore / de manger / de se torcher avec ce site Web ou l’un de ses sites associés, n’avez pas ma permission d’utiliser l’une des informations de mon profil, ni rien pantoute, ni tout le reste, y compris, mais sans s’y limiter, mes photos, et / ou les observations faites au sujet de et / ou encore mes photos, surtout celles où j’étais saoul mort chez le voisin du deuxième.

Vous êtes avisé que si vous avez poursuivi la lecture jusqu’ici, vous êtes quelqu’un de très spécial. Je vous aime et vous administre une tendre bise sur le front et / ou un câlin et / ou une poignée de main molle et / ou une preuve d’affection pigée au hasard dans un chapeau, avec et / ou sans mon consentement écrit.

Le contenu de ce profil est privé et protégé par la loi et les informations qui s’y trouvent sont confidentielles. Toute violation de ma vie privée, surtout de la fois où j’étais saoul mort chez le voisin du deuxième, est punissable par la loi. Bref, C’EST PAS FIN!!! UFRDHJHFGHFB 12-344-2345-543654-64-445454444444 TOUS DROITS RÉSERVÉS SANS PRÉJUDICE.

La parole est à vous