pensées électorales

Quelques phrases glanées dans mes conversations à propos des élections provinciales qui, paraît-il, avaient lieu aujourd’hui même.

– On dira sans doute que c’est une mauvaise idée que l’on puisse voter à 16 ans parce qu’à cet âge, l’on est souvent impulsif, irresponsable, immature, influençable et mal informé. Mais n’est-ce pas déjà le cas d’une large part de l’électorat?

– Le pouvoir est un puissant aphrodisiaque.

– Il faut admettre que la question de la souveraineté vient foutre le bordel dans tout cela.

– Ah, c’est donc ainsi que vous voyez cela, dans votre univers parallèle?

– Aimerais-je mieux me crever les yeux avec des aiguilles, ou m’insérer des charbons ardents dans le rectum?

– Monsieur Mamelonet est défait, Madame Rotiroti est élue.

– J’ai l’impression que les adversaires de la souveraineté ont tellement martelé que ce projet était une lubie des seventies, qui n’est plus de saison, que ce ne sont que des rêves révolus de poètes barbus, que cette idée a fini par faire son chemin et s’incruster dans la conscience des gens.

– Le pantin est parti, mais les marionnettistes ne sont pas loin…

La parole est à vous