ils ont peur

ils ont peur
de l’œil de la police
du poids des édifices
des tigres édentés

ils ont peur
des boîtes de conserve
du sourire de Minerve
des paupières ridées

ils ont peur
du pleur des cantatrices
des cheveux des ministres
des chats abandonnés

ils ont peur
de la main qui partage
des lueurs de l’orage
des failles du plancher

ils ont peur
du rythme des artères
des arbres en colère
des cadavres légers

ils ont peur
du bien comme du mal
des odeurs marginales
des murmures en papier

2 commentaires sur “ils ont peur”

La parole est à vous