austérité

des larmes de couteaux
ont percé nos genoux
selon le règlement

des jeudis de brouillard
emplissent nos semaines
un geyser de ciment

des poutres souterraines
rongées par les querelles
nos rêves chancelants

une chasse aux sorcières
sur les trottoirs obscènes
le feu est innocent

nos pages effritées
la friture ambiante
un râle rassurant

des promesses austères
tombées du quatorzième
la main du président

La parole est à vous