vitamine

vitamine

hier rien n’a changé
la chaleur monte encore du plancher
le plafond poursuit son inévitable descente
les portes s’ouvrent et se ferment
les bras ploient et se déploient
les fibres explosent et se recomposent
les tours s’effondrent puis se redressent
gonflées de vitamines
l’avenir est radieux
et nos sourires se reposent
au bord du gouffre
pendant qu’au loin les crachats
de fumée excessive
sont avalés
par la spirale entropique
respirations régulières
près de la faille secrète
qui nous traverse depuis longtemps
tout est calme
les garçons jonglent avec les os
les filles gambadent sur les cendres